Maison Solaris

Forum de la Maison Solaris (guilde JDR sur le serveur Kirin Tor)
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Présentation de la Maison

Aller en bas 
AuteurMessage
Kirsel Valadoren Solaris
Admin
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 23/09/2010

MessageSujet: Présentation de la Maison    Sam 25 Sep - 0:19















Qui sommes-nous ?
















L'être qui souffre ou croit souffrir, surtout s'il est pourvu d'une once de vanité, aura l'intime conviction de mériter plus que les autres.
Dans le cas où cette vanité serait particulièrement aiguisée, nul besoin de raisons ou de prétextes. L'aplomb est un vecteur formidable qui anéantit toute retenue et toute culpabilité en dispensant du besoin de légitimer quoi que ce soit.
Ainsi, certains saisiront à pleines mains ce qu'ils croient être leur dû tandis que d'autres se feront tout simplement servir l'objet de leur convoitise par de bonnes âmes qu'un sourire étudié aura servi à convaincre.

Tout cela n'a aucune importance pour les Solaris.
Pourquoi remettraient-ils en question ce qu'ils considèrent comme une évidence?
Parce que, démasqués et mis au pied du mur ils auraient été tenus de répondre de leurs actes?
Ce n'est pas comme si la situation ne s'était jamais présentée. C'est juste qu'ils se débrouillaient toujours pour que rien ne leur soit préjudiciable. Comment condamner ceux à qui l'on doit énormément ? Surtout si ces dernier nous tiennent, poignard sur la gorge ?
Nul ne soupçonnait à l'époque de quelle engeance étaient les figures d'élite du royaume.
Ceux qui en avaient une vague idée étaient du genre à leur tendre la main plutôt qu'à les montrer du doigt.
Un peu comme si ce qui avait pu précipiter une lignée comme celle de Solaris à sa perte avait au contraire favorisé son ascension.

Maison militaire par excellence, leurs prouesses et leurs talents furent parmi les atouts les plus précieux de Quel'thalas.
Nul à l'époque n'aurait pu deviner avec quelle profonde indifférence ils servaient leur royaume.

Sculptée pour et par la guerre, elle s'était imposée sur les champs de bataille, tournois ou lors de duels décisifs.
Leur hymne mêlait le fracas des lames, les hurlements de leurs ennemis et les ordres déclamés par leurs commandants; tel était le domaine de prédilection de cette lignée dont le prestige passait par le tumulte des carnages et la perfection martiale.
A l'époque, il n'y avait pas un seul Solaris qui ne fut combattant aguerri.
En plus de l'efficacité dont ils faisaient preuve, ils avaient su créer et mettre en pratique leur propre méthode de combat, incorporant aux acquis de base une technique unique et meurtrière dont eux seuls avaient le secret.



Les Solaris naissaient et mourraient dans le sang.
C'est par cela qu'ils se distinguaient, première différence de taille avec les autres maisons de la haute-noblesse elfique.
Un Solaris était choisi.
Une descendance classique pouvait s'avérer faible et inutile. Les invalidités physiques et mentales même légères n'étaient pas tolérées et il en allait de même pour les aspirations personnelles trop incompatibles avec l'art de la guerre. De ce fait, c'était par le seul mérite que l'appartenance à cette lignée s'octroyait.
Les liens du sang, aucunement garants de la valeur d'un individu, étaient donc méprisés pour faire place à de rigoureux critères de sélection. N'importe qui pouvait devenir un Solaris à condition de répondre à de lourdes exigences.

Ce mode de fonctionnement avait pour conséquences premières l'austérité et l'uniformité de leurs rangs. Tous étaient forgés à partir du même métal et ils avaient compris très vite qu'un ordre parfaitement homogène souffrirait tôt ou tard d'inévitables lacunes.
Être un soldat émérite n'était bien entendu pas suffisant, d'autres qualités étaient impératives.



La Cour et la noblesse elfiques d'antan n'avait rien à envier à certains champs de bataille en matière de risques et de périls; l'excellence dans le domaine militaire ne garantissait pas toujours un succès assuré face à des ennemis bien plus sournois, plus proches, parfois moins visibles.
Une Maison qui ne maintient pas ses positions dans certains domaines incontournable est vouée à s'écrouler.
Et la haute société de Quel'thalas cachait si bien son jeu.
De toute manière quoi de plus logique qu'un ordre tel que la Maison Solaris devienne la cible d'intrigues et de convoitises diverses. Il lui aurait été si facile de sombrer si elle n'avait su affirmer sa suprématie dans un autre domaine que celui des armes: le pouvoir de contrôler, manier les autres.

Tirer son épingle du jeu en toute impunité après avoir semé la discorde entre plusieurs ennemis sans prendre part à leurs hostilités faisait partie de leur quotidien. Sans aller jusqu'à prétendre que leurs manipulations et leurs conspirations se soldaient systématiquement par le succès, il est juste de reconnaître que leurs talents en la matière étaient tout à fait respectables.
Tout était bon pour demeurer sur leur piédestal.
En venir à trahir ceux à qui ils juraient amitié deux jours plus tôt ou détruire leur propre chair en en rejetant la responsabilité sur quelques alliés un peu trop gênants était monnaie courante. Ce n'était pas comme si elle leur importait après tout.
Soit dit en passant, c'est d'ailleurs à cette seule fin que les Solaris toléraient les unions et les liens filiaux. Leurs nouveaux-nés ne servaient qu'à entretenir les querelles et alliances factices sous de nobles et conventionnelles apparences. Il n'est aucun Solaris qui n'ait vengé puis commémoré la perte d'un proche avec les honneurs règlementaires. Les plus habiles les pleuraient, les autres s'enfermaient aux yeux du monde dans un deuil respectable, se félicitant en secret entre les murs de leur manoir.

Savoir orchestrer de sombres machinations en paraissant aussi impliqué qu'une brise légère exigeait déjà une grande adresse.
Parvenir à demeurer si longtemps intouchable en réclamait encore plus.
Comment, me diriez-vous, une telle lignée a-t-elle pu si longtemps conserver ses lettres de noblesses et masquer la noirceur de ses agissements ?
Le talent n'est pas la seule explication. Peut-être avaient-ils suffisamment d'autres alliés pour étouffer leurs actes. Peut-être aussi leur valeur au sein du royaume garantissait une place plus que confortable ainsi que la collaboration des plus hauts placés le cas échéant.
Les dirigeants n'allaient tout de même pas risquer de perdre une de leurs plus fidèles maisons militaires pour quelques querelles intestines qui étaient loin de constituer une menace pour la grandeur de la nation.
De toute manière tel était le prix à payer pour le pouvoir et tout le monde se faisait un plaisir de s'en acquitter.



Combattants redoutables et conspirateurs habiles, voilà déjà d'éloquentes appellations qui en disent long sur un tempérament qu'ils masquaient si bien par le passé.
A quoi pouvaient-ils bien ressembler? Ce qu'ils sont actuellement répond assez fidèlement à la question à une différence près.
La guerre étant venue à bout des grades et des statuts des hautes lignées, ils ne survivent à présent qu'au sein d'un royaume déchu et réduit à l'état de régence. Il n'y a plus de nation à servir ni de gloire à perpétuer. Les Seigneurs actuels règnent sur des empires inexistants.
Le reste de la haute-noblesse s'est quelque peu effrité et chacun oeuvre désormais pour soi.
Tout mensonge est devenu inutile, ce qui les affranchit de la nécessité de préserver un hypocrite respect des conventions.
Ils éprouvaient déjà une sourde indifférence pour ceux qu'ils servaient, la chute de Quel'thalas n'a fait que les rendre un petit peu plus honnêtes.
Vouer une loyauté sans faille au royaume par les armes allait de soi même si dans l'ombre ils n'avaient cure de la nation elfique tant que le pouvoir et les honneurs leur étaient accordés et que nul n'entravait leur liberté.
Ne leur demandez d'ailleurs pas d'être sensibles à une cause ou à n'importe quelle vertu quel que soit son attrait, ni à avoir la moindre considération pour l'autorité extérieure ou les ascendances les plus élevées.

Pour eux, la valeur d'un individu se fonde sur ses aptitudes, captivantes si possible.
La noblesse n'est qu'un laisser-passer vers le pouvoir et n'a jamais été la garantie d'aucun mérite.
Derrière les titres, il n'y a que de la chair, du sang et une âme qui, laissés à la torpeur, la superficialité ou la médiocrité, ne recèleront rien qui puisse susciter chez eux une once de respect. Et les Solaris sont assez doués dans l'art délicat de différencier les personnalités jugées dignes des êtres sans intérêt.
Voilà pourquoi ceux qui ont eu affaire à eux avaient tout bénéfice à être dépourvus de failles en la matière.
Le fond devait être à la hauteur de la forme et il valait toujours mieux que cette dernière ne cède pas au caprice de l'ostentation car les artifices de la bienséance ne font pas partie de leurs habitudes.
Exit les attentions pompeuses, courbettes et autres ornements tels que les civilités superflues ou les simagrées si chères aux yeux de certains.
Si vous êtes neutre sans manifester d'imperfection notoire, vous aurez leur attention. Si vous leur plaisez, leur monde vous sera ouvert.
Dans le cas contraire n'en espérez aucun regard.

Peut-être les avez-vous déjà croisé au détour d'une rue, d'un portail, sur un champ de bataille ou dans une bibliothèque ... remémorez-vous leurs atours soignés, leur allure élégante et dénuée de fioritures. Leur beauté et leur mise impeccable peuvent paraître arrogantes ou inviter à des erreurs répandues comme les agaçantes mignardises dont les personnes s'adressant aux gens de la noblesse ne manquent généralement pas de faire preuve.
Bonnes manières, politesses et savoir-vivre seront utilisés par leurs soins en fonction des personnes et des circonstances avec une froide réserve. Dans le cas contraire, inquiétez-vous.
Les Solaris ont un mépris viscéral des conventions et n'ont plus vraiment de raisons de s'en cacher.
Alors songez que venir vers eux le sourire aux lèvres et la parole fleurie ne vous attirera pas nécessairement un comportement réciproque et encore moins leur amabilité.
Qu'importe la teneur de vos propos ou la valeur de vos sollicitations; s'il leur convient de ne pas y prêter attention, vos tentatives resteront sans retour.
Sachez également que toute approche hostile se verra récompensée par une riposte au minimum égale, qu'elle soit flagrante ou invisible.



L'explication ?
Il y a tant à dire.
A quoi bon s'aventurer dans des précisions qui pourront passer pour des plaidoiries alors que vous les haïssez déjà peut-être ?
Si tel est le cas, arrêtez-vous un instant et réfléchissez.
Regardez-les.
Unis, souriants, évoluant au sein d'une existence faite de passions continuellement assouvies façonnée dans le sang et l'or, ignorant le manque et le besoin.
Ne possèdent-ils pas un brin de cette plénitude si convoitée ?
Plongez un tant soit peu dans ce que votre coeur se refuse à admettre, constatez leur puissance, leur beauté, l'indicible majesté dans laquelle ils se drapent avec un plaisir évident ...
Taisez toute lueur de mépris en votre regard. Même si les moyens dont ils usent ainsi que leur absence de scrupules sont loin d'être décents, voyez le pouvoir, la sérénité de l'esprit épuré de toute mauvaise conscience ...
Peut-être sont-ils en ce moment-même plus heureux que vous.
Peut-être en deviendront-ils encore plus exécrables à vos yeux.
Peut-être aussi ne faites-vous que contempler de loin, sans que la hargne, l'envie ou l'incompréhension ne vous fasse froncer les sourcils.
Vous pourriez aussi vous laisser séduire par l'attrait subtil et pernicieux de leur tempérament, leur avidité larvée, l'acerbe ambiguïté de leur langage et ce savoureux mélange de sophistication et de cruauté avec lequel ils vous ouvriront les bras.

Ne soyez pas surpris de cette soudaine mention.
C'est d'ailleurs ce qui caractérise les êtres capables de tout. Un Solaris est fait de soie et de glaive, de fiel et d'ambroisie.
Sachez cependant que reposer en leur sein et goûter à leur compagnie est comme une partie de chasse où l'on tendrait parfois à la proie quelques perches salvatrices. Se plaisant à alterner les rôles de persécuteurs ou de martyrs, ils se feront un plaisir de jouer une carte à deux faces: celles de la vulnérabilité et de l'ascendance, de la négligence et du contrôle.
Ne faites pas l'erreur de les croire intouchables même s'ils en donnent le sentiment. Ils jouent avec le feu tout en se moquant de se brûler.
Peut-être même est-ce ce qu'ils désirent.
Que ce soit en tant que tortionnaire ou victime, vous aurez votre chance.







Revenir en haut Aller en bas
 
Présentation de la Maison
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fiche technique pour débutants: Présentation de la maison Baratheon
» Fiche technique pour débutant: Présentation de la maison Lannister
» Présentation de la guilde sur JoL.
» Guide d'achat Maison Martell
» [Blog] Présentation de Ackross (perso R.P.G)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maison Solaris :: La façade :: Vent de murmures-
Sauter vers: